CI: Fonctionnalité du PAVVIOS

Centre PAVVIOS en CI : Le RIDH et CPDEFM se réjouissent de la bonne issue de leur Plaidoyer en faveur des survivantes de VBG

                           Cq5dam web 1280 1280 1 8

                         Après une dizaine d’années d'abandon, le centre est à nouveau prêt à accueillir les survivantes de violences basées sur le genre. © PNUD Côte d’Ivoire

Le Réseau International des Droits Humains (RIDH) et l'Organisation des Citoyennes pour la Promotion et Défense des Droits des Enfants, Femmes et Minorités (CPDEFM) se réjouissent de la réouverture du Centre PAVVIOS le 18 Juin 2020 et expriment leur gratitude au Programme des Nations Unies pour le développement - PNUD pour contribuer à la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles en Côte d'Ivoire notamment à Abidjan.

Cet heureux évènement fait en effet suite à la Déclaration Conjointe du RIDH et de CPDEFM en date du 1er Mai 2020 faisant état de la non-fonctionnalité du Centre et demandant sa réhabilitation à Madame la Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant dans les plus brefs délais au égard à l’explosion du taux de violences conjugales en période de confinement liée à la crise sanitaire COVID_19 dans les ménages d’Abidjan.

Cette mise à disposition de ce Centre maintenant fonctionnel après des années de fermeture constitue un pan essentiel pour la prise en charge des victimes de VBG particulièrement des violences conjugales dont le taux a flambé en cette période de crise sanitaire.

Outre son soutien à cette reprise, le PNUD s’engage à assurer le bon fonctionnement du centre avant le relai par d’éventuels partenaires non-gouvernementaux.

Il contribue ainsi à la fourniture d’équipements sanitaires, d’hygiène et de kits alimentaires ainsi que de matériel informatique qui permettront de collecter, d’analyser et de renforcer les données sur les violences sexuelles dans la région.

En parallèle, l’Accelerator Lab du PNUD appuie une Start-up ivoirienne dans la mise au point d’un dispositif d’alerte via des bracelets électroniques qui facilitera l’intervention rapide de la police en cas de besoin.

L’Organisation des Citoyennes pour la Promotion et Défense des Droits des Enfants, Femmes et Minorités (CPDEFM) et le Réseau International des Droits Humains poursuivent ainsi le Plaidoyer national et international pour plus d’actions en faveur de la lutte contre les VBG en Côte d’Ivoire conformément à la Recommandation N°30b du Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard de la femme à l’issue du quatrième examen périodique de la Côte d’Ivoire.

 

                                                                                                                                                            Abidjan le 30 Juin 2020

 

 

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×